2009_03_cul_fr

Alain Ryckelynck est bouquiniste depuis 1973. Ce passionné des livres nous livre quelques mots sur l’histoire de sa profession.

Les bouquinistes sont les survivants de l’ensemble des commerçants qui étaient à Lutèce dès les 9ème, 10ème, 11ème siècle. Lutèce, ben c’est Paris, était tout petit et les commerçants étaient très près de la Seine parce que simplement les marchandises arrivaient par bateaux. Et avant même que l’imprimerie soit inventée, on vendait déjà des bouquins, c’est-à-dire des textes qui avaient été copiés par les moines, sur les quais. Et évidemment, lorsque l’imprimerie a pris son essor, le commerce du livre a pris plus d’importance. Et à ce moment là, le Roi, tous les seigneurs, les commerçants, tout le monde s’est mis à s’inquiéter de ces marchands de bouquins parce que le livre c’est la sédition, c’est la critique. Alors un bon nombre de bouquinistes se sont fait attraper, et on leur a collé des amendes et quelque fois la corde au cou. Ça les calmait un peu. Et c’était une guerre constante entre les gens qui venaient vendre des bouquins et les libraires en boutique qui disaient : « ces gens là sont dangereux, ils sèment la mauvaise parole et tout… » Simplement c’était de la concurrence, voilà ! Dès 1259, il y a déjà ce qu’on appelle des libraires jurés, c’est-à-dire des libraires qui sont déclarés officiellement et qui ont le droit d’exercer. Mais le droit c’était jamais que l’autorisation du Roi, c’était pas les lois de la République ! Donc ça change du jour au lendemain. Ensuite, à travers l’évolution des autorisations, des interdictions etc… Ils ont pu s’installer petit à petit, de mieux en mieux. Napoléon Ier, il a fait rehausser toutes les rives et construire les quais. Donc les bouquinistes ont pu s’installer sur les parapets des quais. Et son successeur Napoléon III, nous a autorisés officiellement à rester. Et il fallait enlever nos boites le soir. Après la guerre de 14, toutes les boites sont devenues des gros coffres qu’on ne peut plus enlever. On s’est fixé comme des mauvais microbes hein. On était toujours en butte aux vexations de la Ville de Paris.

– Les bouquinistes ont-ils toujours été sur les quais ?

– On a voulu nous déplacer à un certain moment pour pouvoir réaliser les voies express et nous rassembler dans des endroits quelque fois assez loufoques : halls de gares, souterrains variés, enfin bon, il était question de nous mettre là pour nous laisser mourir à petit feu mais on nous a jamais proposés un site de la qualité de celui que nous occupons.

– Que serait Paris sans ses bouquinistes ?

– On peut concevoir Paris sans la Tour Eiffel, sans le Sacré Cœur. On ne les trouve nulle part ailleurs alors les gens les remarquent et veulent les voir. Mais ils n’apportent rien à la vie des Parisiens. Tandis que d’autres monuments comme Notre Dame, c’est un monument qui participe de l’histoire de Paris. Et les bouquinistes, de la même manière, sont d’une certaine façon un monument. La Ville de Paris perdrait une partie de son histoire. On a besoin de pleins de choses comme ça, qui sont la vie parisienne : le bruit des voitures, les taxis, et nous on fait partie de tout ça. Les gens ont besoin de respirer ces choses là. Et ils viennent de loin pour les respirer. Et on me demande quelques fois – je suis quai Saint-Michel, donc hein, au c&ur du quartier Latin… mais les visiteurs ne le savent pas forcément. Et ils me demandent : « Où est le quartier Latin ? ». Je dis : « Vous êtes au milieu du quartier Latin, Monsieur ». Alors ils regardent leurs pieds, ils regardent par terre, tout d’un coup ça prend un autre aspect. C’est plus le trottoir qui leur servait à marcher y’a deux secondes, c’est le quartier Latin. C’est tout juste s’ils n’enlèvent pas leurs chaussures pour pas l’abîmer. Voilà, donc, mais je blague à peine. Ils sont… ils sont ravis, « ça y est je suis au quartier Latin ». Alors si on enlève les bouquinistes !

 

 

$Id: 2009_03_cul_fr.htm 35 2021-02-12 12:17:35Z alistair $

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Scroll to Top